Art. Interview pinceau : Jérôme Mesnager

24 mars 1990

Dans le cabaret parisien Shéhérazade, Thierry ARDISSON propose une interview « pinceau » à Jérôme MESNAGER. Diplômé de l’école Boulle en 1979, il a suivi les cours de bandes dessinées d’Yves GOT et de Georges PICHARD et c’est lors de son service militaire en Allemagne en 1980, alors qu’il apprend le décès de Robert MALAVAL, qu’il décide de devenir le peintre de « la vitesse de la vie » et crée le « bonhomme blanc »…Leurs propos sont illustrés par des tableaux de Jérôme MESNAGER.

 

Vernissage le 3 mars.

Tu t’es vu en Hartcourt ?

                  

Photo Hartcourt peinte à la main, aboutissement du projet, peut être nouvel essor pour ce grand de la photographie portrait, à suivre donc.

L’idée du portrait repeint par le photographié.

Article sur qgdesartistes.fr

Jérôme Mesnager

Nouvelles peintures

La fusée No art Mesnager

Portrait par Tony Franck 2005.

A l’atelier

Mon nouveau tableau , pour la saint Valentin.


Encore de l’amour pour 2017.


L’atelier en plein travail.

 

Sur ma planète.

Dans la rue ce jour

Peint ce jour, a la place d’une affiche qui avait recouvert une de mes peintures.

Paris Face cachée

    

Ce matin, vu dans la rue et dans le métro

 

 

Quelques creations

A propos

En janvier 1983, Jérôme Mesnager invente l’Homme en blanc, « un symbole de lumière, de force et de paix ». Cette silhouette blanche appelée Corps blanc ou l'homme blanc, il l'a reproduite à travers le monde entier, des murs de Paris à la muraille de Chine. Un véritable tour du monde : des géants de Ménilmontant à la Place Rouge de Moscou, les personnages articulés sont partout ! Aujourd’hui, le Corps Blanc a plus de trente ans, et plusieurs ouvrages le célèbrent déjà.